Quelles solutions pour installer facilement Arch Linux ?

ArchLinux Extract from Wallpaper

Avants-propos

Il n'est pas toujours simple d'installer une pure Arch Linux – pourtant basée sur le principe KISS – sur son PC architecturé x86_64. Il faut en effet, avoir une très bonne expérience concernant le fonctionnement de GNU/Linux.

Désormais, pour les plus impatients qui souhaitent se plonger dans l'univers alternatif d'Arch Linux préférant la Rolling Release, il existe d'autres distributions qui permettent de facilement franchir le pas, notamment grâce à l'installateur Calamares personnalisé, utilisé dans la plupart des projets présentés ici.

Dans un précédent article, je vous avais parlé de la distribution Antergos pour vous faciliter cette entrée. Malheureusement, le projet est arrêté et il est impossible de l'installer aujourd'hui. Si vous l'aviez mise en place sur votre ordinateur, vous pourrez continuer de l'utiliser normalement, grâce à quelques mises à jour qui débarrassent la distribution de dépendances qui lui étaient propres.

Ainsi, si vous cherchez avant tout, un système en Rolling Release, qui soit le plus proche possible d'une installation native d'une Arch Linux officielle, vous n'aurez que peu de choix. Si vous êtes prêt à faire quelques concessions, et voulez avoir un système final prêt à l'emploi et facile d'utilisation et d'installation, façon cliquodrôme moderne, le choix est déjà un peu plus vaste, avec des approches assez intéressantes et souvent différentes.

On peut noter la très connue Manjaro, plus spécialement destinée aux joueurs, mais que j'ai toujours du mal à recommander, malgré une certaine popularité, notamment à cause de certains choix trop éloignés de la philosophie d'Arch Linux. En effet, Manjaro n'utilise pas les dépôts officiels.

J'ai donc testé 5 de ces distributions proposant d'entrer dans l'univers d'Arch Linux, afin de vous donner mon avis sûrement très personnel. Je me suis servi de Qemu, un émulateur d'une exceptionnelle efficacité. Voilà de quoi faire un petit tour pour se donner une idée du projet qui vous ressemble le plus.

Entrer dans l'univers d'Arch Linux

Le cas Anarchy Linux

Anarchy Linux est un projet qui a repris depuis peu du service. Ce projet me semble clairement celui qui propose une installation clé en main dans le but d'obtenir une Arch Linux franchement libérée de logiciels superflus, avec une approche assez puriste.

Son défaut qui sera une qualité pour certains : pas de Calamares. Son installation se passe depuis une interface graphique “textuelle” à l'ancienne, dans un terminal. Une fois l'ISO lancée, la commande “anarchy”, débutera l'installation. D'autres options explicites sont, sinon, proposées par la validation d'un chiffre depuis un menu. Les instructions sont en français et pour gérer la configuration au sein de l'installateur, il faut se déplacer avec les flèches du clavier, sélectionner les options par la touche ESPACE, utiliser la touche tabulation (pour choisir de valider ou annuler), et valider par ENTER.

Son avantage réside dans le fait d'apporter une maîtrise des logiciels que l'on veut installer parmi une importante sélection des basiques “indispensables”. Le choix de l'environnement graphique se fait depuis l'installateur, parmi les plus populaires comme Gnome, Mate, Cinnamon, Plasma, XFCE, I3, et quelques autres. Si vous recherchez une meilleure stabilité pour votre futur système, privilégiez le noyau LTS. L'installation peut donc demander un peu de temps, du fait des choix à déterminer, mais le résultat en vaut la chandelle.

Il faudra jouer un peu avec le terminal une fois Anarchy Linux installé, pour ajouter vos logiciels préférés, non disponibles dans l'installateur, sauf si vous installez éventuellement le gestionnaire de paquets Logiciels de Gnome qui n'est pas dénué d'intérêt. Oubliez Pamac et AUR par défaut, non disponibles par défaut. Je vous recommande aussi l'installation, par la suite, de Kalu, pour gérer les mises à jour depuis votre barre système, même si le terminal et la commande “sudo pacman -Syu” fait très bien l'affaire.

Ce qu'il faut retenir, c'est que si vous avez déjà quelques connaissances et un peu d'expérience dans les logiciels libres, et que vous ne voulez pas vous prendre la tête avec l'installation d'une Arch Linux de base, je ne peux que vous recommander Anarchy Linux qui fera quand même (très) bien ce travail pour vous.

Le cas ArcoLinux

ArcoLinux est un véritable cas à part. Le projet propose de mutliples branches avec des approches bien différentes, au point de s'y perdre un peu au début. Ça demande du temps d'en faire le tour puisque l'on y retrouve pas moins de 29 ISOs à télécharger disponibles pour le mois de juin 2019.

Pour simplifier, la branche ArcoLinux (officielle) et Arcolinux B (communautaire) sont proposées avec un environnement graphique. La branche ArcoLinux D est réservée aux experts du terminal. L'officielle Arcolinux est proposée avec l'environnement XFCE, tandis que la branche B propose plusieurs environnements graphiques différents pré-installés. Avec ces 2 branches, en version 19.06.1, vous aurez un installateur graphique rapide, rassurant et très simplifié, aboutissant en quelques minutes à une distribution prête à l'emploi. Sans en faire trop sur le résultat final, ce dernier met à disposition tout de même l'essentiel des logiciels communs avec le côté “hype” et “amusant” d'un système d'exploitation complet pour tous. Pamac (Logithèque et Gestionnaire de mises à jour) est présent, tout comme le gestionnaire de fond d'écran “aléatoire” Variety ou encore Sublime Text 3 Dev. Enfin, Inkscape, Nomacs, et Conky (entre autres) sont mis à l'honneur par défaut, sauf dans les versions minimales qui proposent souvent Vivaldi en tant que navigateur web par défaut. Côté couleurs d'interface, de nombreux thèmes sont disponibles, accompagnés de nombreuses polices de caractère. Pour les connaisseurs, le fichier .bashrc est bien fourni de base en alias utiles.

On peut donc retenir Arcolinux (officielle ou branche B) pour entrer avec aisance dans l'univers des dépôts officiels d'Arch Linux, et fournissant un système tout prêt.

Le cas SwagArch

Voilà un autre projet franchement prometteur et même très intéressant. SwagArch est proposé uniquement (pour le moment ?) avec l'environnement Budgie. Cet environnement en plein évolution et profitant de l'écosystème de Gnome peut séduire par sa facilité d'utilisation, et son interface un peu plus classique que l'environnement Gnome. Quant au résultat final de SwagArch, vous serez très agréablement surpris par le petit nombre de logiciels pré-installés. Libre-Office ou VLC ne sont même pas présents, mais on y trouve tout de même le minimum syndical, avec Firefox, Pamac, Gimp, MPV, Simple Scan, et la petite surprise du développeur, KeepassXC. Un Dock est présent pour vos raccourcis, et le tout inspire confiance.

Dommage que seul l'environnement Budgie soit proposé, mais il faut aussi compter sur la bienveillance du développeur qui maintient son projet avec passion sur son temps libre.

Le cas Condres OS

Ce projet Condres OS pourrait se placer en concurrence avec Manjaro, mais le bilan me paraît bien moins concluant, si vous cherchez une approche “pure” et de préférence fournie en logiciels libres, Ce qui peut faire hésiter à franchir le pas, ce sont les rappels de licences de certains logiciels propriétaires au début de l'installation. On comprend vite que le navigateur Chrome sera pré-installé. Steam est aussi présent, tout comme Adobe flash (entre autres). Après l'installation (testée en version Cinnamon), c'est déjà le souk sur le bureau, avec des logiciels et des icônes en vrac, dont celle proposant l'installation du système, comme sur la version Live...

Le résultat final est loin d'être “propre” mais surtout donne une impression de “pas fini”. Pamac est annoncé, mais on ne le “trouve” pas. Cedy est là, comme gestionnaire de logiciels, mais vous ne trouverez pas vos logiciels préférés. À la place, on nous sert une liste indigeste et limitée. Malgré une certaine tendance, pour Condres OS à se faire remarquer, je ne vous conseille vraiment pas.

Le cas Archman

Archman est généralement proposée avec l'environnement XFCE ou mate, mais la communauté aide aussi parfois, en apportant d'autres environnements comme openbox, jwm ou encore enlightment (sur des bases plus anciennes). Tout comme SwagArch, Archman est maintenu avec passion depuis plusieurs années, une fois par mois.

La version du mois est fournie avec l'environnement XFCE. Les logiciels pré-installés sont peu nombreux, mais les essentiels sont bien là, comme Firefox, LibreOffice, Vim, Leafpad, Pidgin, Gimp, Inkscape, quelques accessoires, et enfin, le gestionnaire de maintien en forme Pamac. C'est simple, propre mais sans VLC.

Si vous aimez l'environnement XFCE, n'hésitez pas car Archman propose l'essentiel pour bien débuter, le tout facilement prêt à l'emploi. Ce projet est mature, et revendique le côté pure d'Arch Linux. Les téléchargements d'Archman sont sur SourceForge

Mon choix, à moi qu'il est personnel

C'est ArcoLinux B, avec l'environnement Cinnamon en version minimale que j'ai retenu et installé. On se retrouve avec quelques logiciels, comme le navigateur Vivaldi, les éditeurs Sublime Text 3 Dev, Geany, et Meld, ainsi que VLC et Evolution. Après un peu de nettoyage, ça reste, une bonne base de départ, car avec l'environnement Cinnamon, il n'y a pas énormément de choix dans les propositions, si ce n'est du côté d'Anarchy Linux et de Condres OS. Attention à la version classique de Cinnamon dans cette branche B en 19.6.1 d'Arcolinux, car contrairement à la version minimale, celle-ci propose un gros paquet de logiciels pré-installés. Le défaut de ces 2 versions – pour rappel, communautaires – serait qu'elles fournissent, en plus de nemo, le gestionnaire Thunar et quelques dépendances issues de l'environnement XFCE dont je n'ai pas l'utilité. Si je devais recommencer, je m'orienterais vers Anarchy Linux, qui me paraîtrait certainement bien plus basique, mais aussi plus pure.

Si vous êtes téméraire...

Si aucune de ces solutions clés en main ne vous intéresse, et que vous voulez tenter l'installation en ligne de commande d'Arch Linux à télécharger ici, voici un artcile en anglais sur itsfoss qui propose un tutoriel. Si votre patience a été épuisée, Anarchy Linux vous redonnera le sourire.

Mon ISO est choisie, je fais comment pour l'installer ?

Comme mentionné en début d'article, vous pouvez faire un test de votre ISO avec Qemu, pour être sûr(e). Si vous êtes prêt(e), la commande “dd” sous GNU/Linux (ou Win 10 avec le sous système Linux) est facile. Sous Windows, Win32DiskImager fera très bien l'affaire. La commande “dd” fonctionne comme cet exemple, dans un terminal. Remplacez “-CLEUSB-” par sa lettre identifiée que vous trouverez avec la première commande ci-dessous

# Identifier sa clé USB
grep -Ff <(hwinfo --disk --short) <(hwinfo --usb --short)
# Copier son ISO sur sa clé (sdc...) avec indicateur de progression
dd if=MaSuperISO.iso of=/dev/sd-CLEUSB- bs=4M status=progress && sync

Tags

Venez en parler avec moi sur Mastodon